Compagnie Le Sonart

David Chevallier

Deux Zèbres : David Chevallier / Valentin Ceccaldi

Deux Zèbres  : David Chevallier / Valentin Ceccaldi

Valentin Ceccaldi : violoncelle David Chevallier : guitares, informatique musicale « Deux Zèbres« , ou l’art de la composition instantanée. Faisant fi de tout dogmatisme, Valentin Ceccaldi et David Chevallier composent ensemble des pièces musicales éphémères, et inclassables. Tantôt rugueuses, tantôt soyeuses, les textures inventées par ces zèbres sont impossible à ranger dans un tiroir musical bien ordonné. Leur imaginaire se nourrit de tant de paysages sonores qu’il ne saurait se limiter à un style. Reportage photo de Michaël Parque, pour Citizen Jazz...

Voir les photos

Sopranic Fantaisie – création 2017

Sopranic Fantaisie – création 2017

Création les 1 et 2 décembre 2017, à la Soufflerie, EPCC de Rezé. Coproduction Lune de trois / la Soufflerie / Le Grand T Dans son célèbre ouvrage posthume « Catatrix Sopranica », Georges Perec se saisissait du sujet de la cantatrice comme prétexte pour tourner en dérision les articles scientifiques. Avec Sopranic Fantaisie, Anne Magouët et David Chevallier ne s’intéressent pas seulement au répertoire des sopranos – et plus généralement des chanteurs lyriques – mais aussi à leurs traits de caractère, leurs manies, leurs phobies, leurs rituels, bref, tout ce que le public ne voit pas, n’imagine pas. Loin de la caricature, il s’agit de montrer l’humain qui se cache derrière l’artiste. Le répertoire est constitué de compositions originales et d’airs pour soprano, relus et détournés par David Chevallier, habitué de ce type d’exercice. Cet envers du décor est mis en texte par Pierre Senges, après catalogage d’anecdotes et de situations vécues Anne Magouët : soprano, samples, cloches. David Chevallier : guitares, théorbe, banjo, informatique musicale. Afra Waldhor : comédienne Mise en scène : Nicolas Bonneau Textes et mise en forme : Pierre Senges Scénographie : Gaëlle Bouilly Costumes : Cécile Pelletier Lumières et régie : Rodrigue Bernard       Note de mise en scène « Lorsque David Chevallier m’a proposé de faire la mise en scène de ce projet, ce qui m’a attiré tout de suite, c’est le mélange entre sa musique élaborée, à la fois savante et populaire et le récit à la frontière du théâtre et de la fantaisie littéraire écrit par Pierre Senges. Faire du théâtre musical, un théâtre qui parle de la musique en faisant de la musique. J’ai pensé à Ionesco et sa Cantatrice chauve, et à toutes les possibilités qui sont offertes. Entre ton burlesque et tragique. Tragico comédie. Pour jouer le rôle du professeur de chant et accompagner le guitariste David Chevallier et la soprano Anne Magouët, j’ai alors pensé pensé à Afra Waldhor, que j’avais vu jouer Raymond Carver avec une distance à la fois aristocrate et décadente, pour sa faculté à nous faire totalement croire au personnage, à le rendre crédible. La situation est en effet celle d’une cantatrice sur le retour, qui attend un dernier grand rôle tout en donnant des leçons exaltées et pleines d’anecdotes sur le milieu de la musique lyrique, à une élève qui finira par lui ravir ce rôle tant attendu. Nous pénétrons alors dans les coulisses du métier de chanteuse, du monde de l’opéra. Quel...

Voir les photos

Second Life – Chevallier / Boisseau / Lavergne

Second Life – Chevallier / Boisseau / Lavergne

Second Life – création en octobre 2016. 3 ans après la création de « Standards & Avatars », à l’Europa Jazz Festival, le trio formé par David Chevallier, Sébastien Boisseau et Christophe Lavergne change de son et nous propose un nouveau répertoire entièrement original. Si la rythmique reste inchangée, David Chevallier troque son électrique pour la guitare 12 cordes et le banjo, créant ainsi un son de trio inédit, sorte de Jazz-Folk imaginaire. Désireux d’obtenir un son plus ample et plus complexe, l’ensemble sera subtilement assisté par ordinateur. « Second Life », la nouvelle vie d’un trio inspiré. David Chevallier : guitare 6 & 12 cordes, banjo, laptop Sébastien Boisseau : contrebasse Christophe Lavergne : batterie...

Voir les photos

Back to Brubeck – David Chevallier + quatuor Ixi

Back to Brubeck – David Chevallier + quatuor Ixi

« Ce quatuor sonne terrible, Chevallier a trouvé l’équilibre parfait entre sa guitare électrifiée et le band acoustique. Ses interventions, délicates, variées, à propos, ajoutent ce qui va bien à ce quatuor. Et quelle écriture somptueuse !!Qui génère une musique stupéfianteJouée par des musiciens ahurissantsDans ce concert exceptionnel. » Alain Gauthier – Culture Jazz Célèbre compositeur et pianiste de jazz, Dave Brubeck a réussi le tour de force de créer un univers très original, qui a rencontré un grand succès populaire, tout en affichant une certaine complexité rythmique. Plusieurs de ses compositions eurent un retentissement mondial, et furent reprises ou adaptées par de nombreux artistes comme Claude Nougaro ou Al Jarreau (qui ne connaît pas A bout de souffle, Blue Rondeau à la turque, ou encore Take Five ?) Le son magique du célèbre quartet que Brubeck à formé avec Paul Desmond, Joe Morello et Eugène Wright à séduit des générations d’amateurs éclairés, mais aussi de profanes. « Back to Brubeck » est un hommage à ce créateur, disparu en 2012. David Chevallier a souhaité une approche originale, avec une instrumentation très « chambriste ». Mais le sujet étant profondément ancré dans le jazz, ce n’est pas à un quatuor à cordes habituel qu’il a fait appel. En effet, le quatuor IXI est exclusivement constitué de véritables improvisateurs, rompus à toutes les formes de cet art. « Back to Brubeck » interprète la musique de Dave Brubeck, mais aussi les réponses, reflets et variations imaginés par David Chevallier. David Chevallier : guitare, arrangements, composition Quatuor IXI : Régis Huby, Théo Ceccaldi : violon Guillaume Roy : alto Atsushi Sakaï :...

Voir les photos

Standards & Avatars

Standards & Avatars

Bien que David Chevallier se soit fait connaître dans le milieu du jazz, et dans un premier temps dans les circuits de diffusion de cette musique, il n’avait jusqu’ici jamais travaillé en tant que leader sur les fameux standards, préférant interroger les liens possibles entre d’une part musique ancienne, pop music, musique de chambre, poésie, et d’autre part improvisation, composition originale. Après ces multiples expériences, qui ont forgé son identité musicale, le moment n’est-il pas venu de s’attaquer à ces chansons issues de comédies musicales américaines de l’entre-deux guerre, et de tenter de se les approprier ? C’est avec la liberté de ton qu’on lui connait que David Chevallier revisite ce repertoire éminament malléable. Il s’est entouré pour cela d’une rythmique fusionelle, prête toutes les aventures musicales. Co-production Lune de trois/Europajazz. Avec le soutien de la DRAC et de la Région Pays de la Loire, du Conseil Général de la Loire Atlantique et de l’Adami. David Chevallier: guitares Sébastien Boisseau: contrebasse Christophe Lavergne: batterie Téléchargez la fiche du spectacle au format pdf “L’interaction entre les membres du trio est confondante, et le niveau de jeu tutoie le sublime.” Xavier Prévost. « Pour autant, on s’en doute, David chevalier n’est pas du genre à se contenter d’une interprétation traditionnelle de ces classiques, pas plus d’ailleurs qu’il ne cherche à les détourner ou à les dissoudre dans un grand bain déconstructiviste. La démarche, autrement plus subtile, semble plutôt consister à travailler au corps chacune de ces compositions intimement connues, pour en extirper la substantifique moelle, le trait élémentaire qui en définit l’identité. » Pascal Rozat – Jazz Magazine Il y a dans ces avatars bien plus qu’une appropriation : une brillante mise en perspective de la ligne directrice d’un musicien qu’on attendait pas forcément sur ce terrain. Créer l’inattendu sur des sentiers réputés battus, voilà le nouveau tour de force de David Chevallier. Frampi Barriaux – Citizen Jazz “Un répertoire qu’il transforme, transcende et mêle à ses propres compositions. L’imagination est ici au pouvoir. Le choix, pour former ce trio, de Sébastien Boisseau (contrebasse) et de Christophe Lavergne (batterie) est judicieux, tant leur complicité est fructueuse.” Yann Mens – La Croix “Once in a while you stumble across an album that not only did you not have any preconceived ideas about but you didn’t actually know about at all, which then turns out to be an absolute gem!  This is one of those rare...

Voir les photos

Emotional Landscapes – Extended Play

Emotional Landscapes – Extended Play

Création en octobre 2014, avec le soutien de la DRAC et de la Région Pays de la Loire, de la Spédidam et de l’Adami.  Le trio Emotional Landscapes interprète des chansons de Björk sur instruments anciens. Cette version « extended play » pour 7 musiciens, apporte un supplément de couleurs orchestrales toujours typiques de l’époque baroque, enrichies des percussions de Keyvan Chemirani, virtuose du Zarb. La beauté des mélodies de Björk prend une toute autre saveur, très loin des foisonnements électroniques de ses albums, et c’est un ravissement de les savourer de manière si intimiste, de découvrir les timbres envoûtants de ces instruments méconnus. Il apparaît clairement que ces chansons peuvent vivre et nous parler sans que leur créateur ne les interprète, sans que la technologie ne les produise. N’est-ce pas la signature des œuvres intemporelles ? Ce programme réserve également d’autres surprises : des pages de Purcell et Monteverdi viennent se superposer ou converser avec les mélodies de la pop star islandaise, et aussi étonnant que cela puisse paraître, ce dialogue inattendu n’a rien d’artificiel. L’équipe : Anne Magouët : soprano David Chevallier : théorbe, guitare baroque, arrangements Atsushi Sakaï  : viole de gambe Judith Pacquier : cornet à bouquin Abel Rohrbach : sacqueboute basse Volny Hostiou : serpent, basse de cornet Keyvan Chemirani : zarb, daf. A propos du concert donné à la chapelle Corneille de Rouen, lisez l’article de Frampi Barriaux sur Citizen Jazz   Photo : Fabrice Pouplier Photo : Fabrice Pouplier Photo : Fabrice Pouplier Photo : Fabrice Pouplier Photo : Fabrice Pouplier Photo : Fabrice Pouplier Photo : Fabrice Pouplier Photo : Fabrice Pouplier Photo : Fabrice...

Voir les photos

Double Dowland

Double Dowland

Considéré comme le plus grand luthiste de son temps, John Dowland est surtout connu de nos jours pour son exceptionnel talent de compositeur. Ses magnifiques mélodies ont su traverser les âges, pour nous émouvoir, nous réjouir, nous intriguer. Double Dowland, c’est un jeu de miroirs. D’un côté, ce sont les pièces pour voix et luth, dans leur version originale. De l’autre, c’est un compositeur et improvisateur, qui nous propose sa façon d’interpréter ces pièces, musique d’autrefois transfi gurée, véritable re-création, bien que l’œuvre de Dowland soit toujours là, omniprésente. Ce jeu de miroirs, ou les refl ets s’entrechoquent et se confondent, permet d’affirmer qu’en musique il arrive que le temps cesse d’exister. Et qu’une œuvre écrite il y a plus de 400 ans, peut dialoguer avec l’expression d’un musicien d’aujourd’hui, avec cohérence et imagination. CD paru en 2014 chez Carpe Diem Records. Chronique de l’album par Frampi Barriau : http://www.citizenjazz.com/David-Chevallier-3471861.html Anne Magouët : soprano David Chevallier : guitares acoustiques, théorbe, arrangements Bruno Helstroffer : théorbe Téléchargez la fiche du spectacle au format pdf John Dowland (1563-1626) est considéré comme un précurseur de la mélodie romantique. On ne sait rien de ses origines, ni de son éducation. Dès 1580, John Dowland est au service de l’ambassadeur d’Angleterre à Paris (jusqu’en 1584) et y connaît l’air de cour français qui l’influencera pour ses propres chansons. Dowland obtient le grade de Bachelor of music des universités d’Oxford et de Cambridge, puis voyage en Allemagne, se fixant dans les cours de Brunswick et de Hesse entre 1594 et 1598. Pendant cette période, il effectue un voyage en Italie (1595) afin d’étudier à Rome avec Luca Marenzio; à Venise, il devient l’ami de Giovanni Croce. Craignant d’être compromis avec les « papistes » anglais réfugiés en Italie, John Dowland interrompt son voyage à Florence et retourne à Nuremberg et à Kassel. De 1598 à 1606, il est luthiste à la cour de Christian IV de Danemark, d’où il entreprend, en 1601, un voyage en Angleterre pour aller acheter des instruments. Il s’établit ensuite à Londres, mais n’obtient qu’en 1612 son premier emploi de musicien à la cour d’Angleterre (second musician for the lutes); il passe les quatorze dernières années de son existence au service de Jacques I et à celui de son successeur, Charles Ier.    ...

Voir les photos

Is That Pop Music ?!?

Is That Pop Music ?!?

Quand des musiciens de jazz, rois de l’improvisation se réapproprient des morceaux légendaires des Beatles, de U2, Jeff Buckley ou encore The Police, peut-on encore parler de pop musique ? En hommage à la pop anglo-saxonne des années 70/80 et à quelques-uns de ses chefs d’œuvres, David Chevallier – guitariste et compositeur de jazz, habitué des mélanges stylistiques – et son combo de musiciens chevronnés réinventent et triturent cette musique ancrée dans la mémoire collective, et en repoussent les limites. Création 2009. Coproduction ARC à Rezé /Rencontres Internationales de Jazz de Nevers/ Lune de trois. Avec le soutien de la DRAC et de la région Haute-Normandie, de la Spédidam et de l’Adami. David Chevallier : guitares, banjo David Linx : chant Yves Robert : trombone Christophe Monniot : saxophones Gérald Chevillon : saxophone basse Denis Charolles : batterie CD paru chez Cristal Records / Harmonia Mundi. CHOC Jazz Magazine Jazzman   David Chevallier réussit un coup de maître avec un exercice casse-gueule : la reprise pop. Avec un double goût du jeu : celui qui consiste à jouer de son instrument et faire jouer les autres, mais aussi le jeu comme amusement, jouer avec des airs célèbres, comme on joue sur les mots. Il y a une franche gaîté qui traverse cet album, une légèreté anti-kitsch sur ces versions généralement plus alertes que les originaux, dépoussiérant les lourdeurs orchestrales de Sowing the Seeds of Love et transformant la rage pompeuse de Tears For Fear en vivacité d’esprit. Saisissant quelques notes de banjo aux allures synthétiques dans le fatras orchestral d’ Ordinary World (Duran Duran) pour en faire une vraie partie de banjo, pleine de malice, débarrassant le traditionnel O Come Emmanuel des arrangements nunuches dont l’affubla Enya pour revenir à un dialogue du chant avec une guitare jazz inattendue dont l’hyper–jeu offre une profondeur de champs inédite au traditionnel. On va dire : Bergerot déteste la pop des années 1980 et se plaît à la voir mise en pièce par un jazzeux. Message in a bottle (The Police) et même Once in a Lifetime (Talking Heads) font partie de mon patrimoine et j’éprouve le même bonheur à les voir détricoter avec un tel humour, une telle virtuosité, une telle intelligence de l’original et de la distance qu’il faut savoir ne pas dépasser. Je n’ai pas encore dit que David Linx est l’interprète de tous ces titres. Il sait se placer sur toutes ces chansons avec une justesse chaque fois renouvelée. Je vous...

Voir les photos

Emotional Landscapes

Emotional Landscapes

Emotional Landscapes – les chansons de Björk sur instruments anciens… Trio à la sonorité typique de l’époque baroque, Emotional landscapes propose à l’auditeur de redécouvrir les chansons de la pop-star islandaise dans une version totalement Bio. La beauté des mélodies de Björk prend une toute autre saveur, très loin des foisonnements électroniques de ses albums, et c’est un ravissement de les savourer de manière si intimiste. Il apparaît clairement que ces chansons peuvent vivre et nous parler sans que leur créateur ne les interprète, sans que la technologie ne les produise. N’est-ce pas la signature des œuvres intemporelles ? Création 2012 aux heures d’été, à Nantes Anne Magouët : soprano David Chevallier : théorbe, guitare baroque, adaptation Marion Martineau ou Marion Middenway : basse de viole   Téléchargez la fiche du spectacle au format pdf  ...

Voir les photos

Sit Fast and Fear Not

Sit Fast and Fear Not

3 visions upon old and new ages. Rien ne ressemble à la sonorité d’un ensemble de violes. Des compositeurs tels que Byrd, Locke, Lawes, Jenkins, Purcell en Angleterre, Sainte Colombe, Marin Marais en France, nous ont laissé des œuvres d’une grande originalité et d’une non moins grande profondeur. « Sit Fast & Fear Not », n’a pas pour ambition de travailler sur des partitions pré-existantes comme ce fut le cas pour « Gesualdo Variations » ou « Double Dowland ». Mais c’est bien une empreinte sonore éminemment caractéristique des 16e et 17e siècles, qui inspire ce nouveau projet : celle du consort de violes. « Sit Fast & Fear Not » se nourrit donc d’une identité musicale forte pour créer un langage nouveau, ou des spécialistes du baroque conversent avec des aventuriers du jazz, ou l’on passe de la chose écrite à l’improvisation totale le plus naturellement possible. Les partitions sont écrites par trois compositeurs coutumiers des mélanges stylistiques, et improvisateurs bien connus : David Chevallier, Christophe Monniot, Jean-Philippe Morel. Le consort Sit Fast, aussi à l’aise dans les fantaisies de Purcell que dans les pièces de Georges Benjamin, apporte la richesse de son timbre et la virtuosité de ses interprètes. La voix d’Anne Magouët illumine l’ensemble et donnera chair aux textes de Sir Francis Bacon, penseur contemporain de l’âge d’or du consort de violes, ainsi qu’aux réflexions sur l’art, de Vassili Kandinsky Création 2012. Coproduction CCR de Noirlac / ARC à Rezé /Opéra de Rouen / Lune de trois. Avec le soutien de la DRAC et de la région Pays de la Loire, du Conseil Général de Loire Atlantique, de la Spédidam, de l’Adami et du CNV David Chevallier : guitares, théorbe, composition Jean-Philippe Morel : contrebasse, composition Christophe Monniot : saxophones, composition Anne Magouët : soprano Atsushi Sakaï : dessus de viole Marion Martineau : ténor de viole Isabelle Saint-Yves : basse de viole Téléchargez la fiche du spectacle au format pdf A qui n’aurait pas suivi le guitariste, ces dernières années, sur des chemins jalonnés par les spectres lumineux de Dowland ou Gesualdo, les différentes associations d’instrumentistes paraîtront bien étranges ; elles sont pourtant le sceau d’une démarche artistique dont on doit saluer la cohérence. Dans ce Sit Fast & Fear Not, aux côtés de David Chevallier, deux solistes aux univers eux aussi contrastés : le saxophoniste Christophe Monniot, comparse de longue date, et le contrebassiste...

Voir les photos

Gesualdo Variations

Gesualdo Variations

Les madrigaux imaginaires du prince assassin. La musique de Gesualdo di Venosa est passionnante car – outre sa beauté saisissante – elle est incroyablement audacieuse sur le plan harmonique, allant jusqu’aux limites de la tonalité, et ce avec quelques siècles d’avance, puisque composée au 16e siècle. Une telle personnalité ne peut que fasciner un compositeur d’aujourd’hui. Le propos de ce spectacle est de se fondre dans une sélection de madrigaux à cinq voix, de se saisir de cette sublime matière première pour la malaxer, l’étirer, la compresser, l’annoter, passant ainsi de la musique de ce maître de la polyphonie du 16e, à la musique d’aujourd’hui, qu‘elle soit improvisée ou écrite. Ces deux mondes sont bien entendu parfaitement imbriqués pour ne former qu’une entité musicale. La structure des « Gesualdo Variations » est plus dramaturgique qu’un simple tour de chant, véritable voyage qui nous plonge dans un univers où alternent ombre et lumière, silence et paroxysme, violence et grâce… CD paru sur le label ZigZag Territoires. Création 2007. Coproduction Festival Voix de fêtes / Opéra de Rouen / Europa jazz festival / l’Allan, Scène Nationale de Montbéliard / Théâtre Milandy de Luçon / Association lune de trois, avec le soutien de la ville de Rouen, de la DRAC et de la région Haute-Normandie, du Conseil général de Seine Maritime, de la Spédidam et de l’Adami. David Chevallier : guitares, direction Christophe Monniot : saxophones Guillaume Roy : alto Alain Grange : violoncelle Anne Magouët : soprano Béatrice Mayo-Felip : soprano Frédéric Betous : contre-ténor Jean-François Novelli : ténor Arnaud Richard : basse Téléchargez la fiche du spectacle au format pdf Choc Classica « L’alliance d’une sensibilité contemporaine rompue aux chemins de traverse, au vagabondage musical sans entraves, et les efflorescences du Rinascimento incarnées par Gesualdo et Le Tasso opère ici à merveille. (…) En l’état ces Gesualdo Variations constituent une des rares réussites où se combinent deux traditions européennes espacées de quatre siècles. » Jean-Pierre Jackson / CLASSICA Il fallait oser s’attaquer à de tels chefs d’oeuvres et David Chevallier remplit magistralement sa mission. Réactualisant cette musique en y ajoutant couleurs, contrastes et salissures, il prolonge les pulsions assasines de Gesualdo vers un jazz improvisé qui n’oublie jamais d’intégrer le point de vue formel du madrigal. Lionel Eskenazi / JAZZ MAGAZINE-JAZZMAN  » On est intensément séduit par l’intelligence de la mise en relief des oeuvres originales, qui fait entendre des modernités insoupçonnées. »...

Voir les photos